Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La défaite oubliée

Mondement.

 

Monument national de la victoire de la Marne, en 1914.

 

Nous avons quitté momentanément les marais de Saint-Gond pour prendre de la hauteur, dominer une partie de la plaine en direction de Fère-Champenoise et réfléchir, à l'ombre de l'imposant monument de la Grande Guerre, aux désastres du 25 mars 1814.

 

A la réflexion, le maréchal Marmont aurait été bien inspiré de regrouper toutes les troupes isolées à Sézanne, couvertes au nord par les marais de Saint-Gond et le plateau de Mondement et au sud par la forêt de Traconne.

 

A ce propos, les historiens militaires affirment volontiers qu'en s'aventurant dans les plaines champenoises, le maréchal Marmont a perdu bêtement la moitié de ses troupes le 25 mars 1814, rendu totalement impossible une retraite maîtrisée de position en position jusqu'aux abords de Paris et, bien entendu, le retour à temps de Napoléon dans sa capitale pour prendre le commandement direct de sa défense.

 

L'historien Henry Houssaye, qui ne manque pas de ressource intellectuelle, fait une critique différente du commandement de Marmont :

 

"On a imputé à Marmont les malheurs de la journée de Fère-Champenoise. S'il avait marché plus vite en quittant Fismes, a-t-on dit, il aurait pu opérer sa jonction avec l'empereur, et puisqu'il avait perdu tant de temps, du moins aurait-il dû se porter sur Sézanne au lieu de s'aventurer vers Soudé. A Sézanne, il se fût renforcé des 6000 hommes des généraux Pacthod, Amey et Compans, et il eût très vraisemblablement évité un combat contre les armées alliées. Ces reproches sont peu fondés. Marmont ne pouvait savoir qu'il y eût trois divisions françaises à Sézanne, et d'autre part ses troupes firent plus de trente lieues du 21 au 24 mars. Ce n'est point de la lenteur de sa marche qu'il faut accuser le duc de Raguse ( Marmont ), c'est de la mauvaise direction de cette marche. Là est l'immense faute, à mieux dire l'erreur fatale de Marmont. Si au lieu de se guider sur un ordre, d'ailleurs sujet à interprétation, du major-général ( le maréchal Berthier ), Marmont eût réglé ses mouvements d'après ceux de l'ennemi, il se fût porté le 18 mars à Reims, en place de se porter à Fismes. Les avants-gardes de l'armée de Silésie, arrêtées ainsi devant Reims jusqu'au 21, et contenues ensuite dans leur marche par Marmont et Mortier, qui se fussent repliés sur Châlons, n'auraient pu arriver que le soir du 23 vers les sources de la Somme-Soude. Quelles conséquences ! Le 23 mars, le conseil de guerre des Alliés, ignorant l'approche des troupes de Blücher, n'aurait pas pris le parti de diriger l'armée vers Châlons. On se fût donc résolu soit à suivre l'Empereur au delà de la Marne, manoeuvre à laquelle Napoléon voulait amener l'ennemi, soit à se retirer sans combat sur Langres, retraite qui selon les historiens russes et allemands ne se fût arrêtée qu'au Rhin. En tout cas, les Coalisés n'auraient pas entrepris si tôt leur marche sur Paris. Il y a rarement de petites causes à de grands effets ; mais, à la guerre, ce n'est pas une petite cause qu'un faux mouvement."   

 

Mondement__.JPG

 

 

 

Mondement--.JPG

 

 

 

mondement--.JPG

 

 

 

Mondement---.JPG

 

 

 

Mondement_.JPG

 

 

 

Numeriser0011.JPG

 

 

 

Mondement-.JPG

 

 

 

Mondement--copie-1.JPG

 

 

 

Numeriser0012.JPG

 

 

 

Mondement.JPG

 

 

Published by Didier Simonnet et Eric Poisson - - 1914 - 1918

commentaires

La défaite oubliée

Histoire militaire de la France ; campagne de 1814 ( Fère-Champenoise, Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, Trilport et Meaux ; cohortes de gardes nationaux et compagnies mobiles de canonniers garde-côtes de Napoléon ) ; bicentenaire de 1814 en Brie et en Champagne ; général Farine du Creux ( 1770-1833 ) ; bataille de la Marne de 1914 ( Marais de Saint-Gond ) ; centenaire de la Grande Guerre 1914-1918 ( Meaux et Chauconin-Neufmontiers ) ; campagnes de 1940 et de 1944-1945 ; service historique de la Défense ( SHD ) au château de Vincennes ( Val-de-Marne ) ; Santeny ( Val-de-Marne ) ; notre bonne ville de Yerres ( Essonne ).

Pages

Hébergé par Overblog