Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La défaite oubliée

Avant notre retour à YERRES en région parisienne, nous jetons un dernier regard sur les MARAIS DE SAINT-GOND, si souvent évoqués dans notre blog.

Il nous revient en mémoire que la Garde nationale qualifiée trop souvent à tort de " bourgeoise " était d'abord et avant tout une Garde citoyenne.

Pour s'en convaincre, il suffit de lire ou de relire la loi du 29 mai 1795 ( 10 Prairial an 3 ) qui dispense, sur leur propre déclaration, les Artisans, Journaliers et Manouvriers du service dans la Garde nationale.

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 10

 

" LA CONVENTION NATIONALE, après avoir entendu son comité militaire,

Considérant combien sont précieux les momens de cette classe utile de citoyens qui ne vivent que du travail de leurs bras, et combien on doit en ménager l'emploi dans les circonstances pénibles où il faut tout le salaire de l'ouvrier le plus assidu pour subvenir à ses besoins et ceux des siens ;

Considérant que chaque instant qui serait plus long-temps soustrait à leurs occupations journalières, enleverait à beaucoup de familles une partie de la seule ressource qu'elles aient pour exister ; et voulant, autant qu'il est en son pouvoir, venir au secours des citoyens peu fortunés, et les mettre à même de ne pas négliger les devoirs que la nature et la société leur imposent envers leur famille,

DECRETE que les citoyens les moins aisés parmi la classe des artisans, journaliers et manouvriers, pourront, à compter de ce jour, se dispenser de faire le service dans la garde nationale : à cet effet, ceux d'entre eux qui vont voudront profiter de cette faculté, en feront leur déclaration à l'état-major de leur section, qui veillera à ce qu'ils ne soient point compris dans le contrôle des compagnies, ni commandés pour aucun service. " ( I.B.150, n;°877. )

Les lois révolutionnaires sur la Garde nationale n'ayant pas été abrogées sous le Consulat et l'Empire, le Garde national peut, à sa demande, se retirer dans ses foyers sans être inquiété par la justice.

Il existe bel et bien un droit de retrait pour le Garde national, à l'époque de NAPOLEON.

Un droit de retrait qu'il ne faut pas confondre avec le droit de remplacement existant dans les lois sur la conscription et la Garde nationale.

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 05

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 02

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 07

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 01

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 11

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 12

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 08

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 03

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 09

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 04

 

 

MARAIS DE SAINT-GOND ( Didier Simonnet ) 06

 

 

Sur ces dernières images prend fin notre balade du 7 juillet 2013.

 

Published by Didier Simonnet et Eric Poisson - - Fère-Champenoise 1814

commentaires

La défaite oubliée

Histoire militaire de la France ; campagne de 1814 ( Fère-Champenoise, Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, Trilport et Meaux ; cohortes de gardes nationaux et compagnies mobiles de canonniers garde-côtes de Napoléon ) ; bicentenaire de 1814 en Brie et en Champagne ; général Farine du Creux ( 1770-1833 ) ; bataille de la Marne de 1914 ( Marais de Saint-Gond ) ; centenaire de la Grande Guerre 1914-1918 ( Meaux et Chauconin-Neufmontiers ) ; campagnes de 1940 et de 1944-1945 ; service historique de la Défense ( SHD ) au château de Vincennes ( Val-de-Marne ) ; Santeny ( Val-de-Marne ) ; notre bonne ville de Yerres ( Essonne ).

Pages

Hébergé par Overblog