Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La défaite oubliée

Derrière le rideau d'arbres, se cachent les marais de Saint-Gond.

Notre guide est déjà plongé dans ses méditations napoléoniennes.



_5153-Fontaine-PERE-la-CASQUETTE--700ko-.jpg

Je profite de notre halte à ETOGES pour me désaltérer à la fontaine " Père la casquette."

_5160-Etoges--route-de-Ch-lons-en-Champagne--RD33-.jpg

La route d'Etoges à Châlons-en-Champagne.

_5156-Etoges--clocher-de-F-rebrianges.jpg

A la sortie d' ETOGES.

Derrières les vignes de Champagne, pointe le sommet du clocher de Fèrebrianges.

 

_5176-Germinon.jpg

 

Germinon et son monument aux morts de la Grande Guerre. 

 

_5170-Germinon.jpg

 

Eglise de GERMINON.

Dans son ouvrage intitulé 1814
, le grand historien Henri Houssaye ( 1848 - 1911 ) écrit à ce propos :

"Les faisceaux étaient formés depuis un quart d'heure et les hommes commençaient à manger, lorsque le général Delort aperçut un gros de cavalerie qui se dirigeait perpendiculairement à la route. C'était l'avant-garde de l'armée de Silésie, en marche de Châlons sur Bergères. Prévenu par Gneisenau, qui avait poussé en personne une reconnaissance sur la gauche, qu'un convoi considérable s'avançait vers Vatry, Korff avec ses 4000 dragons et chasseurs, les 1500 Cosaques de Karpow et une batterie légère, avait quitté la route à Thibie et passé la Somme-Soude près de Germinon. Pendant ce temps, le gros de l'armée de Blücher, précédé par la cavalerie de Wassiltchikoff, continuait sa marche sur Bergères."

Vers onze heures moins quart, la cavalerie alliée de Korff attaque donc de flanc les Français qui venaient de faire une halte près de Villeseneux, à mi-chemin entre Bergères et
Vatry.

Henry Houssaye s'est interrogé sur le nombre de soldats français engagés dans ce combat de Fère-Champenoise :

"Les rapports russes et les historiens français ( Koch, Vaudoncourt, Thiers ) portent les deux divisions à 5800 ou 6000 fusils. D'après la relation manuscrite du général Delort, brigadier de Pacthod, ce petit corps n'aurait pas dépassé le chiffre de 3300 hommes : 800 pour les conscrits d'Amey ; 2500 pour les gardes nationales de Pacthod et le bataillon du 54ème. A comparer les situations des Archives de la guerre, il semble que Delort ait mis un 2 pour un 3 en donnant l'effectif de la division Pacthod. La situation du 1er mars porte 3955 hommes ; celle du 5 mars, 4007 celle du 10 ( la dernière qui se trouve aux Archives ), 4027. Pacthod ne combattit point du 10 au 25 mars. Qu'il ait perdu pendant ces quinze jours 500 hommes par les maladies et la désertion, c'est bien là tout ce qu'on peut admettre. On arrive ainsi au minimum de 3500 hommes. Pour la division Amey, que Koch évalue à 1800 hommes, la relation du général Delort qui la porte seulement à 800 hommes est conforme aux situations du 11ème corps : 793 hommes."

 

_5181-Germinon.jpg

 

Pont de Germinon sur la Somme-Soude. 

 

_5180-Germinon.jpg

 

La Somme-Soude, réunion de deux petites rivières, la Somme, qui prend sa source à Sommesous, et la Soude, qui naît à Soudé-Sainte-Croix.

Published by Didier Simonnet et Eric Poisson - - Fère-Champenoise 1814

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

La défaite oubliée

Histoire militaire de la France ; campagne de 1814 ( Fère-Champenoise, Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, Trilport et Meaux ; cohortes de gardes nationaux et compagnies mobiles de canonniers garde-côtes de Napoléon ) ; bicentenaire de 1814 en Brie et en Champagne ; général Farine du Creux ( 1770-1833 ) ; bataille de la Marne de 1914 ( Marais de Saint-Gond ) ; centenaire de la Grande Guerre 1914-1918 ( Meaux et Chauconin-Neufmontiers ) ; campagnes de 1940 et de 1944-1945 ; service historique de la Défense ( SHD ) au château de Vincennes ( Val-de-Marne ) ; Santeny ( Val-de-Marne ) ; notre bonne ville de Yerres ( Essonne ).

Pages

Hébergé par Overblog