Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La défaite oubliée

Située dans la vallée de l'Yerres, Brunoy est la dernière ville étape de notre voyage du 16 septembre 2012, à travers le Plateau Briard.

 

BRUNOY---Essonne---Didier-Simonnet.jpg

 

Nous déambulons dans les rues presque désertes.

 

BRUNOY--eglise-Saint-Medard---Dessin-Didier-Simonnet--.jpg

 

Brunoy, église Saint-Médard ( Croquis rapide de Didier Simonnet ).

 

BRUNOY---Essonne---La-mairie--Didier-Simonnet.jpg

 

BRUNOY, la mairie.

 

BRUNOY---Essonne---Place-de-la-mairie--Didier-Simonnet.jpg

 

 

BRUNOY---Essonne---Didier-Simonnet--la-gare.jpg

 

BRUNOY, la gare SNCF.

 

 Brunoy ( Essonne )-

 

 

BRUNOY ( Essonne ) La panne

 

 

Brunoy, église Saint-Médard ( Didier Simonnet )

 

 

Brunoy, la Malgouverne

 

 

Brunoy ( Photo Didier Simonnet )----

 

 

Brunoy ( Photo Didier Simonnet )---

 

 

Brunoy, Henri DEVARENNE ( 1906-1977 )

 

 

Brunoy ( Photo Didier Simonnet )--

 

 

Brunoy ( Photo Didier Simonnet )-

 

 

Brunoy, un immeuble ( Didier Simonnet )

 

 

Brunoy, une villa ( Didier Simonnet )

 

 

Brunoy ( Photo Didier Simonnet )

 

 

Brunoy, le cimetière ( Didier Simonnet )

 

Visite du cimetière de Brunoy, à la recherche de la tombe de l'adjudant commandant Gaspard Basile AGNEL ( 1761-1840 ).

 

BRUNOY, tombe du général AGNEL ( 1761- 1840 )

 

 

BRUNOY, tombe du général AGNEL ( 1761- 1840 )-

 

 

BRUNOY, tombe du général AGNEL ( 1761- 1840 )--

 

Contrairement à ce qui est écrit, AGNEL n'a pas été fait général à la suite de la bataille de CASTRICUM.

Dans le Dictionnaire des Colonels de Napoléon rédigé par Danielle et Bernard QUINTIN, il est bien précisé :

" Affecté à l'état-major du général Brune 8 mars 1798, il est promu à 38 ans et 8 ans après son entrée en service adjudant général chef de brigade ( colonel d'état-major ) à titre provisoire 18 octobre 1799 pour sa conduite à la bataille de Castricum ".

Dans le Dictionnaire de la Grande Armée écrit par Alain PIGEARD, il est écrit à propos des adjudants généraux :

" les adjudants-généraux, qui supprimaient volontiers la première partie de leur appellation, se firent trop souvent appeler généraux. Un arrêté du 27 messidor an VIII ( 16 juillet 1800 ) changea finalement le titre d'adjudant-général en adjudant-commandant ".

Sous le Consulat et l'Empire, AGNEL est adjudant commandant ( colonel d'état-major ).

 

BRUNOY, tombe du général AGNEL ( 1761- 1840 )-----

 

 

BRUNOY, tombe du général AGNEL ( 1761- 1840 )----

 

 

BRUNOY, tombe du général AGNEL ( 1761- 1840 )---

 

 

BRUNOY, tombe du général AGNEL ( 1761- 1840 )------

 

 

Brunoy, les chaines ( Didier Simonnet )

 

 

Brunoy, les chaines ( Didier Simonnet )-

 

 

Brunoy, Général Don José de San-Martin

 

Dans son ouvrage LES BOSSERONS Un hameau de Brunoy Notes archéologiques et historiques, l'historien Jacques GAUCHET a écrit à propos du général Jean Antoine DEJEAN ( 1765-1848 ) :

" A Fontainebleau, au moment de son abdication, le 11 avril 1814, Napoléon voulut faire acte de reconnaissance envers ses fidèles, et une liste est établie, réservée aux gratifications qu'il octroie à ses amis. Au paragraphe des aides de camp, Dejan ( Dejean ) se voit attribuer par l'Empereur un don de 50000 francs. "

Dans Le Mémorial de Sainte-Hélène du comte de Las Cases, il est bien précisé que, par son codicille du 24 avril à son testament du 15 avril 1821, l'Empereur lègue 50000 francs à son aide de camp DEJEAN.

Pour information, Napoléon est mort le 5 mai 1821.

Trois généraux de l'Empereur avaient pour nom DEJEAN : Jean François Aimé ( 1749-1824 ) ; Jean Antoine ( 1765-1848 ) ; Pierre François Marie Auguste ( 1780-1845 ).

Dans le Dictionnaire Napoléon sous la direction de l'historien Jean Tulard, nous trouvons, parmi les aides de camp de l'Empereur, Pierre François Marie DEJEAN et non Jean Antoine DEJEAN.

Pierre François Marie DEJEAN a été, en effet, nommé aide de camp de l'Empereur le 20 février 1813.

Le Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français sous la Révolution et l'Empire ( 1792-1814 ) de l'historien Georges SIX donne la même information, à propos de Pierre François Marie DEJEAN.

En résumé, Jean Antoine DEJEAN, mort à Brunoy le 6 novembre 1848, n'a pas été aide de camp de Napoléon et ne s'est pas vu attribuer, par ce dernier, un leg de 50000 francs.

Published by Didier Simonnet et Eric Poisson - - La campagne de France

commentaires

Deduleux Henri 07/11/2015 14:18

Bonjour.

bon choix des articles

Didier Simonnet & Eric Poisson 07/11/2015 15:28

Bonjour

Merci bien pour votre commentaire.

Thierry 05/11/2015 19:05

J'aime beaucoup cet article sur Brunoy (Y)

Thierry

La défaite oubliée

Histoire militaire de la France ; campagne de 1814 ( Fère-Champenoise, Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, Trilport et Meaux ; cohortes de gardes nationaux et compagnies mobiles de canonniers garde-côtes de Napoléon ) ; bicentenaire de 1814 en Brie et en Champagne ; général Farine du Creux ( 1770-1833 ) ; bataille de la Marne de 1914 ( Marais de Saint-Gond ) ; centenaire de la Grande Guerre 1914-1918 ( Meaux et Chauconin-Neufmontiers ) ; campagnes de 1940 et de 1944-1945 ; service historique de la Défense ( SHD ) au château de Vincennes ( Val-de-Marne ) ; Santeny ( Val-de-Marne ) ; notre bonne ville de Yerres ( Essonne ).

Pages

Hébergé par Overblog