Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La défaite oubliée

  5-eme-voyage-04.JPG

 

Stockage-photos-du-blog-1679-02.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1685-03.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1681-03.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1682-02.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1699-02.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1687-02.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1686-02.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1688-02.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1694-02.JPG

 

 

Stockage-photos-du-blog-1692-02.JPG

 

Bannay fait partie au même titre que Baye des lieux mémorables de la bataille de Champaubert.

 

L'historien Koch écrit à propos de cette bataille :

" En effet le duc de Raguse ( maréchal Marmont ), ayant la cavalerie Doumerc en tête de colonne, arriva vers neuf heures, sur la hauteur qui domine la vallée du Petit-Morin, et découvrit le corps d'Alsusiew, composé des divisions d'infanterie Udom et Karnielow, formant environ 5 mille hommes de pied et 24 pièces de canon.

La cavalerie française poussa ses coureurs jusqu'au milieu de l'avenue de Baye où ils s'arrêtèrent, ne pouvant être soutenus ni par l'artillerie ni par l'infanterie, qui avaient beaucoup de peine à s'arracher des boues.

L'ennemi ne profita pas de ce retard qui lui laissait une voie de salut. Au lieu de commencer de suite sa retraite et de faire sauter le pont de Saint-Prix sur le Petit-Morin, il se disposa à le défendre avec deux pièces de canon. L'Empereur arriva sur les entrefaites et ordonna l'attaque : il était neuf heures du matin. Le général Lagrange, suivi de la division Ricard, traversa les marais de Saint-Gond, s'empara du pont de Saint-Prix et poussa les Russes jusque sous Baye, où leurs masses se déployèrent sous la protection de l'artillerie dont le 1er corps de cavalerie essuya d'abord tout le feu ; mais bientôt la division Lagrange gravissant le plateau qui s'étend entre Baye et Bannay, arriva à son soutien, pendant qu'un bataillon de marine, appuyé par le 2ème régiment d'infanterie légère, se dirigeait sur la droite du bois où les Russes pouvaient déboucher. Attaqué en front et en flanc, le général Alsusiew se retira insensiblement de Baye, s'étendant dans la plaine de Bannay qu'il occupait fortement. Le duc de Raguse fit attaquer sur-le-champ ces deux villages. Le 4ème régiment léger s'empara de Baye ; mais la brigade Pelleport fut repoussée devant Bannay. Le moment était décisif : l'Empereur fit monter toutes les troupes du 6ème corps sur le plateau ; ordonna à l'infanterie du prince de la Moslowa ( maréchal Ney ) de les suivre et de se déployer dans la plaine en même temps qu'il dirigea toute son artillerie contre Bannay.

Le général Alsusiew, effrayé de la supériorité des forces contre lesquelles il se voyait engagé, se disposa enfin à battre en retraite. L'Empereur ordonna au comte Girardin, aide-de-camp du prince de Neufchâtel ( maréchal Berthier ), de prendre avec deux escadrons de service, la tête de la cavalerie Doumerc, et de gagner la route de Paris pour y attendre l'ennemi. Jusqu'alors, les Russes avaient combattu avec un aplomb et un sang-froid admirables ; mais cette manoeuvre, contre laquelle leur général n'était pas en mesure, les ébranla, bien que le détachement du général Girardin, porté vers Paris, ne menaçât nullement leur flanc droit ; il y eut du flottement et de l'incertitude dans la marche des masses, qui pourtant opposaient encore un feu assez nourri à celui dont elles étaient accablées. Elles parvinrent ainsi jusqu'à Champ-Aubert, où un escadron de lanciers, aux ordres du général Bordesoulle, chargea leur gauche et la rejeta dans le village. Presque au même moment la division Ricard, qui avait longé la lisière du bois à droite, rabattit par la route de Châlons, et entrant au pas de charge dans le village, ôta au général Alsusiew tout espoir de retraite sur Epernay ou Etoges. Voyant qu'il ne lui restait pour s'échapper que la route de Montmirail, il changea de direction afin de chercher à la gagner. Ce mouvement occasionna un moment d'hésitation dont les cuirassiers du général Bordesoulle profitèrent. Ils chargent avec impétuosité les carrés qui devenaient tête de colonne, les acculent aux bois et aux étangs du Désert, les enfoncent et réduisent le corps entier à chercher son salut dans la fuite.

Le combat se changea alors en un véritable carnage : l'armée française se répandit en tirailleurs dans les bois, et dans la chaleur de l'action l'on fit peu de prisonniers. La cavalerie fit un butin immense. 21 bouches à feu et leurs caissons, le général en chef Alsusiew, deux autres généraux, 47 officiers et 1837 prisonniers furent les trophées de cette journée. Près de 1200 hommes restèrent sur le champ de bataille ; les étangs du Désert en engloutirent plus de 200, et à peine 1500 parvinrent à s'échapper à la faveur de la nuit, et à gagner le lendemain Fère-Champenoise par Pont-à-Binson. L'armée française perdit environ 600 tués ou blessés ; au nombre des derniers, se trouva le général Lagrange atteint d'un coup de feu à la tête. "

 

Stockage-photos-du-blog-1696-02.JPG

 

10 février 1814 : AUX HEROS DE LA DIVISION LAGRANGE.

                       ( BATAILLE DE CHAMPAUBERT )

 

Le général de Pelleport ( 1793-1853) écrit :

" Le 10, le 6ème corps ( commandé par le maréchal Marmont, duc de Raguse ) arriva de bonne heure sur les hauteurs de Saint-Prix : ses coureurs passèrent le défilé, afin de reconnaître la position et les forces de l'ennemi.

L'Empereur arriva bientôt et donna l'ordre de commencer l'attaque. La division Lagrange, ayant ma brigade en tête, commença le mouvement. Cette troupe fut suivie immédiatement par la division Ricard et la cavalerie du général Bordessoule, et, enfin, par les troupes de toutes armes qui étaient arrivés la veille à Sézanne. Il fallut quelque temps à chaque corps, après avoir passé le marais de Saint-Gond, pour former ses colonnes d'attaque. Heureusement que l'ennemi laissa faire.

Ma brigade s'avança alors en appuyant sa droite à l'avenue de Baye ; elle était précédée du 37ème régiment formé en éclaireurs. A son approche, les postes avancés de l'ennemi se retirèrent. Le colonel Geneser, qui se livra avec trop d'abandon à leur poursuite, fut ramené. Cette circonstance me força à m'arrêter pour attendre la brigade Joubert et la division Ricard. Ces troupes étant arrivées sur la ligne, tout le corps d'armée se porta sur Baye, d'où il chassa l'ennemi après un combat très-vif. Le général Alsufiew se retira sur Champ-Aubert, où il se défendit avec une grande résolution ; mais, forcé encore dans cette position, il fut très-embarrassé. "

 

Stockage-photos-du-blog-1698-02.JPG

Published by Didier Simonnet et Eric Poisson - - La campagne de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

La défaite oubliée

Histoire militaire de la France ; campagne de 1814 ( Fère-Champenoise, Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, Trilport et Meaux ; cohortes de gardes nationaux et compagnies mobiles de canonniers garde-côtes de Napoléon ) ; bicentenaire de 1814 en Brie et en Champagne ; général Farine du Creux ( 1770-1833 ) ; bataille de la Marne de 1914 ( Marais de Saint-Gond ) ; centenaire de la Grande Guerre 1914-1918 ( Meaux et Chauconin-Neufmontiers ) ; campagnes de 1940 et de 1944-1945 ; service historique de la Défense ( SHD ) au château de Vincennes ( Val-de-Marne ) ; Santeny ( Val-de-Marne ) ; notre bonne ville de Yerres ( Essonne ).

Pages

Hébergé par Overblog