Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La défaite oubliée

Correspondance de Jeannine FEBVRE épouse SIMONNET à sa grand Mère résidente en Saône et Loire ( Suite ).

 

Nous étions donc en train de confectionner les drapeau en vue de les accrocher aux fenêtres pour fêter les libérateurs. Papa était parti à l'atelier pour confectionner des flêches en aluminium et orner le bout des hampes. Il était parti sans imperméable et la pluie commençait à tomber.

Maman m'a demandé de prendre mon vélo et de me rendre à son atelier pour lui porter son imperméable.

En chemin, je m'intéresse à la forme des barricades, à leur diversité en matériaux ; des lits surtout, des sommiers en métal.

Il n'y avait personne derrière les barricades, mais des groupes de gens armés de grenades, de fusils, de révolvers circulaient dans les rues.

J'arrive à l'atelier, Papa prend son imperméable et me demande de retourner à l'appartement.

En redescendant l'escalier, j'entend des explosions, certainement des coups de canon. En me voyant sortir de l'immeuble, le concierge lève les bras au ciel et me dit de me dépêcher de rentrer chez moi. Je file sur mon vélo et en arrivant avenue de la République, j'aperçois au coin de la place un canon qui semble bien menaçant. J'hésite : Je traverse ou je fais demi tour ?

Je finis par traverser.

 

Jeannine FEBVRE ( SIMONNET )-

 

Je m'aperçois que les barricades se garnissent de nouveau, les fusils et les mitrailleuses sont braqués. On me crit de tous les côtés : Dépêchez vous, ça va barder.

Il pleuvait toujours, j'ai fait un tas de détours pour éviter les barricades.

Presque personne dans les rues, ça ne me rassurait pas. Deux Messieurs se glissaient le long des maisons comme des serpents en se faisant tout petits et en regardant avec inquiètude du côté de la place de la République.

Plusieurs personnes avaient été blessées et tuées sur le boulevard Voltaire. Juste devant notre immeuble, le dentiste de Maman avait reçu une balle de mitrailleuse dans le bras.

Mais nous sommes à présent totalement libérés. Et toi dans le Morvan ? 

Ici à Paris, c'est la fête et nous acclamons le général de Gaulle. Les drapeaux sont enfin accrochés aux fenêtres.

 

Commémoration Paris aout 2004 ( Photo Didier Simonnet )-

 

Commémoration des 60 ans de la libération de Paris, août 2004 ( Photo Didier Simonnet ).

 

Commémoration Paris aout 2004 ( Photo Didier Simonnet )

 

PARIS AOUT 2004 ( Photo Didier Simonnet )---

Passage de la voiture du général de Gaulle rue de Rivoli

 

Passage de la voiture de Général de Gaulle rue de Rivoli ( Photo Pierre René FEBVRE ).

 

Hotel de Ville de Paris, aout 1944 ( Photo Pierre René FEB

Rassemblement des Parisiens place de l'Hôtel de Ville à l'occasion du discours du Général de Gaulle ( Photo Pierre René FEBVRE ).

 

Hotel de Ville de Paris, aout 1944 ( Photo Pierre -copie-1

 

Place de l'Hôtel de Ville ( Photo Pierre René FEBVRE ).

 

Hotel de Ville de Paris, aout 1944 ( Photo Pierre -copie-2

 

Arrivée du cortège du Général de Gaulle à l'Hôtel de Ville ( Photo Pierre René FEBVRE ).

 

Commémoration Paris aout 2004 ( Photo Didier Simo-copie-2

 

Commémoration des 60 ans de la libération de Paris, août 2004 ( Photo Didier Simonnet ).

 

Commémoration de Paris aout 2004 ( Photo Didier Simonnet )

 

Ma chère grand mère, je termine ici ma lettre et j'espère bien te voir bientôt. Je te raconterais plus en détail la nuit du jeudi au vendredi où nous avons bien tremblé après avoir sauté de joie à la pensée que les Allemands étaient partis car en effet ils ont résisté cette nuit-là aux troupes du Général Leclerc qui entraient dans Paris. Le lendemain matin, ils y étaient pour de bon heureusement.

Je t'embrasse bien fort.

Jeannine

 

Jeannine FEBVRE ( SIMONNET )

 

Published by Didier Simonnet et Eric Poisson - - La Reconstitution historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

La défaite oubliée

Histoire militaire de la France ; campagne de 1814 ( Fère-Champenoise, Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, Trilport et Meaux ; cohortes de gardes nationaux et compagnies mobiles de canonniers garde-côtes de Napoléon ) ; bicentenaire de 1814 en Brie et en Champagne ; général Farine du Creux ( 1770-1833 ) ; bataille de la Marne de 1914 ( Marais de Saint-Gond ) ; centenaire de la Grande Guerre 1914-1918 ( Meaux et Chauconin-Neufmontiers ) ; campagnes de 1940 et de 1944-1945 ; service historique de la Défense ( SHD ) au château de Vincennes ( Val-de-Marne ) ; Santeny ( Val-de-Marne ) ; notre bonne ville de Yerres ( Essonne ).

Pages

Hébergé par Overblog